L'organisme de formation continue du CNRS

Accueil > Actualités > Initiation aux SIG en écologie

Initiation aux SIG en écologie

Pouvez-vous vous présenter ainsi que nous parler de votre domaine de recherche ?

« A l’heure où les écosystèmes connaissent une évolution sensible sous la pression des contraintes environnementales et anthropiques, mes travaux de recherches évaluent l’impact de ces changements sur la distribution spatiale et la variabilité génétique des populations. »

Je suis Nicolas BECH, Maitre de conferences au laboratoire Ecologie et biologie des Interactions à l’Université de Poitiers, unité du CNRS. A l’heure où les écosystèmes connaissent une évolution sensible sous la pression des contraintes environnementales et anthropiques, mes travaux de recherches évaluent l’impact de ces changements sur la distribution spatiale et la variabilité génétique des populations. Plus précisément, mes études s’inscrivent en biologie de la conservation et ont pour objectifs de préserver, restaurer et gérer la biodiversité et ses habitats dans un contexte de développement durable. Pour cela j’utilise notamment des outils cartographiques afin de décrire et anticiper les relations spatiales entre individus et paysages. Ainsi, ma mission est d’améliorer les relations Homme/Nature en orientant la prise de décision sur la gestion et l’aménagement de nos territoires tout en préservant la biodiversité et ses services associés.


Vous animez la formation "Initiation aux SIG en écologie : de la collecte au traitement de données géographique" avec CNRS Formation Entreprises, en quoi consiste-t-elle ?

« Cette formation a pour ambition d’initier les stagiaires aux bases de la cartographie, outil actuellement indispensable aux gestionnaires de nos territoires mais aussi à quiconque souhaitant étudier ou aménager un espace. »

Pour moi l’enseignement ne doit pas s’arrêter aux bancs de l’Université. C’est pourquoi, avec Hélène Paulhac, technicienne au CNRS et Elie Morin, doctorant, nous avons décidé d’animer la formation « Initiation aux SIG en écologie : de la collecte au traitement de données géographiques » avec CNRS Formation Entreprises destinée, entre autres, aux professionnels. Cette formation a pour ambition d’initier les stagiaires aux bases de la cartographie, outil actuellement indispensable aux gestionnaires de nos territoires mais aussi à quiconque souhaitant étudier ou aménager un espace. Ainsi, après avoir présenté les bases et l’apport de la cartographie pour l’étude de l’environnement et de ses interactions avec les organismes vivants, cette formation présente les principales bases de données spatialisées disponibles sur Internet.

Dans un second temps, chaque participant utilise le matériel mis à disposition (i.e. tablettes numériques et ordinateurs) pour collecter des données spatialisées et les rapatrier dans un SIG (i.e. Système d’Information Géographique). Ces données, propres à chaque participant, sont ensuite utilisées pour une mise en situation et servent de support pour initier au traitement cartographique et aux premières analyses spatiales. Les participants voient ensuite comment représenter et diffuser des résultats sous forme de cartes.

Une autre partie de la formation est destinée à l’accompagnement personnalisé de chaque stagiaire dans son projet professionnel, de sa mise en place jusqu’au début de sa réalisation. Avec Hélène et Elie nous avons construit cette formation de telle sorte, qu’en dehors des ressources informatiques, tous les supports soient en libre accès (i.e. bases de données, logiciel QGis).


A qui est destinée cette formation et quelles compétences apporte-t-elle aux apprenants ?

« A l’issue de la formation et de retour sur leur poste de travail, les participants sont capables de produire/rapatrier et analyser des données spatiales […] au travers d’un projet cartographique qu’ils auront eux-mêmes initié. »

Cette formation vise toutes personnes impliquées dans l’écologie ou l’aménagement du territoire, chercheurs, ingénieurs ou techniciens des secteurs publics (e.g. universités, collectivités, réserves et parcs naturels... ) et privés (e.g. entreprises de réseaux de communications électriques, téléphoniques, internet mais aussi de transports). A l’issue de la formation et de retour sur leur poste de travail, les participants sont capables de produire/rapatrier et analyser des données spatiales (i.e. vecteurs comme rasters) au travers d’un projet cartographique qu’ils auront eux-mêmes initié.


Avez-vous un exemple marquant de retour d’expérience d’un apprenant ayant suivi votre formation ?

« De nombreux stagiaires trouvent que c’était une "très bonne formation". »

A l’issue de la formation, de nombreux stagiaires sont satisfaits. Les retours de la part des participants sont positifs : « Très bonne formation avec un bon équilibre entre la théorie, la pratique de terrain et l’analyse des données sur informatique » de la part d’Emmanuelle travaillant dans une collectivité territoriale, ou « Très bonne formation », venant de Thomas, doctorant.



Un article rédigé par Nicolas BECH, Maître de conférences, Hélène PAULHAC, Technicienne et Elie MORIN, Doctorant, Laboratoire Ecologie et biologie des Interactions (EBI), UMR 7267 du CNRS.